Chaudière à condensation au fioul : ce qu’il faut savoir

Chaudière

La facture de chauffage est aujourd’hui plus que jamais source de préoccupation pour les foyers français.

Il y a environ 12 millions de chaudières en France dont presque 30% âgées de plus de 20 ans. Ces systèmes de chauffage à bout de souffle surconsomment et contribuent au réchauffement climatique de la planète. Bien souvent leurs propriétaires tentent de réaliser des économies en réduisant leur temps d’utilisation alors qu’installer une chaudière fioul à condensation leur permettrait de le faire bien plus efficacement et sans empiéter sur leur confort de vie.

Une source d’économies moins polluante

Le fonctionnement de la chaudière à condensation au fioul est simple et ingénieux. Celle-ci se sert de la chaleur émise par la combustion du fioul et celle s’échappant de la cheminée afin de la retransformer en chauffage. C’est ce qui lui permet d’obtenir des rendements incroyables atteignant jusqu’à 104%, vous faisant ainsi profiter d’économies substantielles. Selon certaines études, la chaudière fioul à condensation permet de consommer 15 à 20% de combustible en moins par rapport à une chaudière standard et jusqu’à 40% sur une installation vétuste qui aurait plus de 20 ans.

En plus des économies qu’elle apporte, cette nouvelle technologie réduit significativement les émissions de CO2, d’oxydes d’azote et de dioxyde de soufre.

Des aides à l’installation vous sont proposées

Bien que la chaudière à condensation au fioul coûte plus cher à l’achat qu’une chaudière classique, l’économie de combustible engendrée rentabilisera rapidement cet investissement, surtout au prix du fioul actuel qui ne cesse de progresser. Il existe de plus de nombreuses aides vous aidant à franchir le pas :

  • Un crédit d’impôts pouvant aller jusqu’à 30% suivant l’ampleur de vos travaux de transition énergétique.
  • Un Certificat d’Economies d’Energie (CEE) de 200 à 300€ suivant votre région et votre habitation.
  • Des aides de l’ANAH si votre maison a plus de 15 ans.
  • L’éligibilité au Prêt à Taux Zéro (PTZ).
  • TVA réduite à 5.5% au lieu de 7%.
  • Des aides des collectivités territoriales.
Rubrique :