Le crédit d'impôt version 2011

Panneaux photovoltaïques sur le toit d'une maison

10%, c'est la baisse moyenne constatée sur l'ensemble des crédits d'impôts alloués lors de la réalisation de travaux. Chaudière, panneaux photovoltaïques, pompe à chaleur ... Faisons le point au bout de 6 mois.

Oublié le Grenelle de l'Environnement et les coups de pouce destinés à favoriser le développement durable.  En janvier 2011, conséquence directe de la crise et de la rigueur budgétaire imposée par le gouvernement, le crédit d'impôt pour le particulier a été revu à la baisse. 10% en moyenne sur l'ensemble de ces crédits d'impôts accordés lors de la réalisation de travaux.

Crédit d'impôt pour la pompe à chaleur

Des crédits d'impôt affectés au développement durable, seule celui affecté aux travaux d'installation d'une pompe à chaleur géothermique n'a pas évolué : 36%. Pour les PAC air/eau, le crédit d'impôt passe à 22% et il n'y a aucun crédit d'impôt pour les PAC air/air.

Changement majeur : désormais, les pompes à chaleur installées doivent pouvoir justifier d'un COP (Coefficient de Performance, voir notre article sur la pompe à chaleur géothermique) supérieur à un certain seuil garantissant un meilleur rendement énergétique.

Photovoltaïque

En 2011, le crédit d'impôt pour les panneaux photovoltaïques est passé à 22%. A comparer aux 50% qui étaient alloués avant septembre 2010.

Si le tarif de rachat de l'électricité a déjà baissé pour les producteurs professionnels (-12% au 1er septembre 2010), les particuliers ne devraient pas être impacté par une baisse des tarifs de rachat ... au moins dans l'immédiat.

Actuellement, le tarif de rachat au KWh peut varier de (environ) 0,28 à 0,46 euros/kWh avec des contrats négociés sur du moyen terme et selon la production.

Et pour les autres travaux ...

La baisse du crédit d'impôt affecte toutes les dépenses liées à l'amélioration des performances énergétiques du logement : isolation des combles, installation de chaudières plus récentes et plus efficaces en terme de rendement etc.

Citons par exemple :

  • l'isolation de fenêtres et le double-vitrage qui passe à 13%
  • l'installation de chaudière à condensation à 13%
  • l'achat d'une chaudière à granulés de bois à 22% et le remplacement d'une chaudière à bois à 36% etc.

Globalement, c'est bien une baisse moyenne de 10% qui est constatée sur l'ensemble des crédits d'impôts et des aides alloués aux travaux dans le cadre du développement durable.

Moins de crédit d'impôt, moins d'installations ?

Il est assez difficile de répondre à cette question. Dans certaines régions de France, les demandes de raccordement au réseau électrique ont été multiplié par un facteur 10 en moins de 3 ans, notamment grâce aux aides de l'Etat. Et même si le marché du photovoltaïque est devenu plus concurrentiel, gageons que la baisse du montant des subventions devrait avoir un impact relativement important sur l'évolution du parc photovoltaïque en France, au moins dans un premier temps.

Par la suite, les progrès dans les technologies du solaire devraient permettre une baisse des coûts de production du matériel avec des répercussions directes sur le montant des factures d'installation.

Pour les pompes à chaleur, l'orientation est clairement indiquée : la priorité doit être donnée aux systèmes de PAC géothermiques.

Rubrique :